Rechercher
  • pascalenaturopathe

Entrer dans le printemps avec la cure de sève de bouleau

Mis à jour : 9 avr. 2019



Le printemps, saison de la renaissance :


Vivre en accord avec les saisons va de soi en naturopathie.

L'être humain fait simplement partie de la nature, c'est pourquoi il devrait vivre en symbiose avec elle. Nous sommes d'ailleurs naturellement programmés pour en suivre les rythmes, tout comme les animaux et les végétaux. Et les variations d'énergie que nous vivons au cours d'une année sont intrinsèquement liées aux cycles des saisons et de la nature.


Le printemps est une saison de transition et d'énergie montante, le temps s'active, la vie s'ouvre, les rythmes s'accélèrent.


Les oiseaux, les insectes et les papillons réapparaissent, les bourgeons grossissent sur les arbres. Cette nature qui s'éveille et nous réveille est le signe du renouveau annuel.



Nettoyer et faire peau neuve


Bien connu, le grand nettoyage de printemps nous pousse naturellement au réveil, à l'envie d'ouvrir les fenêtres, de nettoyer le jardin, la maison, d'épurer et d'apporter de la nouveauté, d'exercer sa créativité, d'aller de l'avant, de concrétiser ses envies, de se faire du bien, à l'intérieur (corps, mental) et à l'extérieur (environnement, activités, vie sociale).


Apporter ce renouveau au corps et à la tête à cette période se traduira par l'envie naturelle d'alléger ses repas, d'y ajouter davantage de cru (fruits, crudités, légumes croquants, de saison bien sûr), de reprendre peut-être une activité physique plus soutenue, au grand air de préférence, de s'aérer l'esprit au contact de la nature et du vivant.


Ces réflexes répondent à des rythmes physiologiques, psychologiques et énergétiques naturels, ils est donc nécessaire d'y prêter attention.

Nettoyer et régénérer seront donc les maîtres mots de cette saison. Un vaste choix s'offre à nous pour tirer profit de cette période, seul en suivant ses envies, ou accompagné d'un naturopathe qui personnalisera cette approche santé et bien-être en fonction de la saison et de votre profil (tempérament, problématiques, objectifs, besoins personnels...).



Le bouleau, symbole du printemps



S'il est un événement qui annonce officiellement la transition de l'hiver au printemps et symbolise l'entrée dans cette saison, c'est bien la montée de la sève bouleau. Une eau puisée du sol, chargée de précieux minéraux, qui, en passant dans les canaux conducteurs, devient particulièrement riche en nutriments et concentre des principes actifs exceptionnels et propres à cet arbre.


La sève de bouleau est également appelée eau de bouleau, à ne pas confondre avec le jus de bouleau que l'on trouve toute l'année dans le commerce, un produit qui présente des propriétés différentes.

Le bouleau, celui que l'on appelle l'arbre de la sagesse, est une espèce de la famille des Betulacea, bien connu en phytothérapie pour ses nombreux bienfaits sur l'organisme et dont on utilise la sève, l'écorce, les feuilles et les bourgeons.


Le bouleau pubescent (betula pubescens) et le bouleau verruqueux (betula pendula) sont les deux espèces principalement utilisées en phytothérapie. Reconnaissable à sa

magnifique écorce blanche argentée et ses feuilles dentées, le bouleau est un arbre qui se démarque, autant par sa beauté que par ses propriétés thérapeutiques.



La sève de bouleau, une eau naturelle et vivante :


Oui vivante ! Puisée dans les profondeurs du sol, l'eau de bouleau est une eau biologique dite vivante, car chargée par une quantité de principes actifs organiques et non transformés.


Par sa richesse, elle permet de nettoyer le corps et de le nourrir.


Une double approche phytothérapeutique qui offre une remise en forme globale et complète : tout ce dont nous avons besoin à cette saison.






Détoxifiante pour le foie et diurétique pour les reins :


Stimulante pour le foie, la vésicule biliaire et les reins, elle active des processus d'élimination bienvenus à la sortie de l'hiver. En saison froide métabolisme s'est naturellement un peu ralenti, l'activité physique a souvent diminué et quelques excès alimentaires ont ponctué la saison (sucre, fromage, alcool, etc). Faire des réserves et reposer son organisme sont des tendances naturelles en hiver, elles sont toutefois souvent excessive. Comme nous prêtons moins attention à ces excès en période hivernale, que nous bougeons généralement moins, nous éliminons moins. Ce comportement, bien que naturel, entraîne toutefois de la fatigue et quelques kilos supplémentaires à la sortie de l'hiver si l'on s'est "un peu trop laissé aller".


Opter la sève de bouleau en cure va permettre de déstocker certains déchets accumulés, comme l'acide urique qui sera dissout (celui-là parfois responsable de calculs et de crises de goutte très douloureuses), les graisses saturées logées en excès dans l'organisme, les produits de synthèse mal évacués (pesticides, engrais, additifs alimentaires...) et qui fatigue à long terme notre organismes.


Une fois les toxines éliminées, les organes sont allégés et regagnent en capacité de fonctionnement et d'élimination quotidienne. C'est tout l'organisme qui retrouve une vitalité optimale (meilleure digestion, peau clarifiée, sommeil réparateur, plus d'énergie, moins de douleurs, ...et meilleure humeur !).

Revitalisation :

une mine de minéraux, de vitamines et d'anti-oxydants qui vous veulent du bien :


Le grand intérêt de la sève de bouleau est d'apporter, nous l'avons dit, à la fois une stimulation douce des organes d'élimination tout en nourrissant nos cellules en profondeur.


Une concentration de micro-nutriments qui va, d'une part combler les multiples carences, plus ou moins importantes mais très courantes de nos jours, et d'autre part, refaire les réserves amoindries par le drainage.

La qualité de ces nutriments réside dans leur biodisponiblité (qui désigne la capacité d'assimilation par l'organisme), et sur ce point la sève de bouleau présente l'avantage d'un produit frais, vivant et organique, sans transformation, préservant ainsi des principes actifs intacts et des enzymes vivantes idéales pour une assimilation optimale par l'organisme.



Que contient l'eau de bouleau et quels sont ses bienfaits ?


- 99% d'eau : une eau vivante, comme celles des fruits et légumes frais, particulièrement hydratante pour nos cellules (bien plus que l'eau du robinet ou en bouteille, pour rappel l'être humain est composé à plus ou moins de 70% d'eau !)


- 17 acides aminés (ils composent les protéines et nous sont nécessaires à de nombreux égards) : parmi lesquels l'acide glutamique, l'un des acides les plus indispensables pour notre corps, souvent sécrété en quantité insuffisante, et qui joue notamment un rôle important pour le fonctionnement de notre système nerveux.


- Une foule de minéraux tous plus intéressants les uns que les autres :

calcium et potassium en grande quantité, lithium, magnésium, zinc, cuivre, silicium, manganèse, or, phosphore, chrome, sélénium, fer, sodium, cobalt.

Si l'on ne détaillera pas ici toutes les propriétés de ces micro-nutriments, sachez que les minéraux et oligo-éléments sont indispensables à toutes les réactions biochimiques de notre corps, à l'intégrité des tissus et des os, au maintien d'un fonctionnement normal de l'organisme. Malheureusement, l'alimentation « moderne » en est relativement appauvrie et les carences courantes, bien que pas toujours connues. Il est donc intéressant de refaire des réserves sous forme de cure. Et rares sont les produits de phytothérapie à détenir une telle concentration et une telle qualité de minéraux.


- Des vitamines : notamment A (nécessaire pour le maintien d'une bonne vision), C (essentielle au fonctionnement immunitaire), tout comme la vitamine D (qui permet également la fixation du calcium sur les os), ainsi que toutes les vitamines du groupe B (protectrices de notre système nerveux et nécessaires à la formation des globules rouges).


- On trouve également des mucilages, qui sont une substance végétale qui, au contact de l'eau, gonflent, pour former un gel émollient bénéfique pour nos muqueuses, notamment pour adoucir la muqueuse intestinale, et donc soutenir le transit.


- Des sucres simples en très petites quantités (moins de 1%), ce qui n'a pas d'incidence sur la glycémie, même en cas de diabète.


- Des acides de fruits, intéressants pour leur rôle anti-oxydant (= protecteur cellulaire).



À qui la conseiller ?


L'eau de bouleau possède en particulier des propriétés anti-inflammatoires sur le système osteo-articulaire, ce qui en fait une cure de choix pour toutes les personnes souffrant de douleurs arthrosiques, d'arthrite, de rhumatisme et d'ostéoporose.


On conseillera également la sève de bouleau à toutes les personnes qui rencontrent des troubles de la circulation sanguine et lymphatique (rétention d'eau, cellulite), ou un excès de graisses stockées.


Enfin, elle sera un véritable allié pour toutes les personnes fatiguées à la sortie de l'hiver, sujettes aux carences ou dont les besoins sont accrus (femmes enceintes, sportifs par exemple), pour retrouver énergie et vitalité.


De façon générale, c'est un élixir naturel intéressant pour tout le monde, car nous sommes tous sujet à un engorgement de toxines à un moment et à un besoin de reminéralisation.


Eau (ou sève) de bouleau et jus de bouleau, quelle différence ?


Ce sont deux produits différents, le jus de bouleau est une décoction des feuilles de bouleau, autrement dit, il s'agit d'un liquide foncé résultant des feuilles que l'on a fait bouillir pour en extraire les principes actifs. Le jus de bouleau sera diurétique, drainant les reins, cependant sans apporter les nutriments de la sève de bouleau .



La récolte :


Elle se fait au début du printemps, début mars, parfois fin février. La montée dure quelques semaines au plus, et se termine lorsque les bourgeons commencent à grossir et à s'ouvrir.


On effectue un simple trou dans le tronc de l'arbre, dans lequel on insère un tuyau sur 3 à 5 cm, relié à un récipient fermé, permettant de récolter un à deux litres par jour. Un seul arbre produit environ 200 litres et la récolte n'altère pas le processus de nutrition de l'arbre. On la filtrera de préférence pour retirer les éventuelles impuretés.



Où trouver ma sève de bouleau ?


La sève de bouleau s'achètent généralement en boutique bio ou revendeur de produits naturels.


Vous la trouvez en ce moment sous forme de cartons (cubis) de 3 à 5 litres.

Un cubi constitue une cure complète.


On la trouve aussi en bouteille en verre d'un litre, elle est plus coûteuse et se conserve moins longtemps, mais présente l'avantage d'apporter des micronutriments pratiquement intacts.


Vendue en carton, elle a est généralement pasteurisée, ce qui diminue un peu ses apports, mais c'est un bon produit également. On trouve parfois l'ajout d'alcool ou de jus de citron pour la conservation, attention toutefois à éviter les ingrédients inconnus et vérifier la provenance, se renseigner sur la marque.


Enfin, le must reste de la récolte artisanale, que ce soit par vos propres moyens ou par connaissance, vous aurez l'assurance d'un produit brut de qualité. La sève fraîche peut se conserver environ 3 semaines au réfrigérateur.


Un processus de fermentation s'enclenche dès sa récolte, au fur et à mesure, le liquide devient trouble, blanchâtre et son goût frais, léger et fruité peut laisser place à une saveur plus âcre et prononcée. Si la goût vous est moins agréable, je vous conseille d'y ajouter un jus de citron, voir un peu de jus de pomme.


Comment la consommer ?


Idéalement le matin, à jeun , à raison de 15 à 20 cl par jour, pendant trois semaines.

La cure de sève de bouleau est une cure coûteuse, le litre peut dépasser les 20 euros, en revanche vous achetez un produit complet pour une action globale.


Précautions et contre-indication :


L’usage du bouleau blanc est contre-indiqué chez les personnes allergiques à son pollen et celles souffrant d’œdèmes liés à une maladie cardiaque ou rénale. 


Le bouleau peut aussi provoquer des crises gastro-intestinales (nausées, vomissements, diarrhée), dans ce cas, il vaut mieux interrompre la cure. Commencez par un tout petit verre les premiers jours pour éviter les réactions de l'organisme trop vives.


En cas de grossesse ou d’allaitement, il est préférable de demander l'avis d'un médecin ou d'un naturopathe. Le bouleau blanc ne doit pas être administré à un enfant de moins de 12 ans. 


Pour éviter tout risque d’interaction avec d’autres médicaments à visée diurétique, il est préférable de consulter un médecin avant d’entreprendre une cure de bouleau. 


De façon généralement, demander conseil à un praticien de santé si vous avez le moindre doute. Pour rappel, tous les produits de phytothérapie ne conviennent pas à tout le monde, faire une cure ou prendre des compléments alimentaires n'est jamais anodin.


Enfin, entreprendre une cure de printemps vous sera encore plus profitable si elle s'inscrit dans une démarche globale de remise en forme, n'hésitez pas à vous faire accompagner par un professionnel pour une cure personnalisée et vraiment efficace.

Me contacter

Pascale Perona

Pôle Médical Baudin

6bis, rue Alphonse Baudin

Bellegarde-sur-Valserine

01200 Valserhône

mail : naturopathe@pascaleperona.com

Tél : 06 95 65 11 79 

 

© 2018 - Pascale Perona - Tous droits réservés - Mentions légales